CLOVIS CLERVAL ET LA SIXIEME LICORNE


  • Durée de la chasse : 10 mois
  • Le trésor fut découvert le 22 janvier 2005 à Saint-Chély-du-Tarn (Lozère)
  • Les vainqueurs ont ainsi remporté 2500 € !
  • Format de la chasse : Internet + trilogie
    - Tome 1 : "La fin des Templiers", incluant 12 énigmes, 82 pages
    - Tome 2 : "Et in Arcadia ego", incluant 12 énigmes, 82 pages
    - Tome 3 : "L'écume des mers", incluant 9 énigmes, 82 pages
    Parus aux éditions Licorne Aventures
  • Ci-contre les photos du lieu final et de la découverte du trésor
  • Ci-dessous les solutions, ainsi que les premières pages de la trilogie



  • Cliquez sur une vignette pour zoomer




    ENIGME M1

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T1, p18 : "Il existe bel et bien une sixième Licorne, tout du moins si l’on en croit un manuscrit venant d’être découvert à Epeigné par un de ses vieux amis..."
  • T2, p18 : "La longueur du texte est trompeuse."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    Epeigné étant évoqué en début de récit et Saint-Aignan étant le saint à qui est consacrée l’église d’Epeigné-les-Bois (Indre-et-Loire), cette commune marque donc le début du chemin emprunté par la Licorne. Cette information servira en M12. A la fin de l’énigme, l’indication « en suivant les premières » permet pour sa part d’obtenir « LIBOURNE » en isolant la première lettre de chacune des phrases de l'énigme.

    Le Cercle se brisa à la mort de son dernier Maître
    Il revint alors à Paul d’ouvrir le coffre et de remettre la sixième Licorne aux Pauvres Chevaliers.
    Bénéficiant de cette protection, le long voyage qu’elle entama assura sa survie.
    Obéissant aux textes, chacun de ses possesseurs s’enquit de sa destination et la trace ainsi fut conservée.
    Unis par cette mission, tous laissèrent un manuscrit tel celui que je trouvai en l’église de Saint-Aignan, signé par Hugues en cette commune et donnant la première destination.
    Relire mes lignes et suivre le chemin que j’ai pu reconstruire peut faire revivre le Cercle.
    Néanmoins, il m’a fallu respecter à mon tour les textes et protéger par le mystère cette découverte, si longtemps perdue.
    En suivant les premières, c’est donc Saint-Ferdinand qu’il faut désormais rejoindre.

    Et à Libourne se trouve en effet l’église Saint-Ferdinand.

    SOLUTION M1 : LIBOURNE (Gironde)

    ENIGME M2

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T2, p18 : "Sachant d’où il vient et où il est allé, il m’a fallu faire l’union."
  • T3, p53 : "Merci à Baudoin II."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    En 1118, Hugues originaire de Payns (Aube) regroupa ses compagnons au sein d’un ordre : les « Pauvres Chevaliers du Christ » évoqués en M1, qui se donnent pour vocation d’assurer le service et la défense des pèlerins entre le lieu de débarquement et l’arrivée à Jérusalem, et de prendre en charge la police de la route.

    Le roi Baudoin II les accueille en 1119 et les installe alors dans l’ancien temple de Salomon.

    Ainsi, « par son origine et leur temple » devait former la séquence PAYNSSALOMON, dans laquelle il fallait extraire les lettres données par les positions numériques figurant en fin d’énigme (8ème letttre = L, etc). Ceci donne :
    L – O – N
    G – R
    A – Y
    E
    soit : LONGRAYE.

    SOLUTION M2 : LONGRAYE (Calvados)

    ENIGME M3

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T2, p19 : "Leur nouveau nom m’a permis de comprendre la fin, sans toutefois utiliser l’origine."
  • T3, p53 : "Il faut compléter par le bon début."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    C’est suite à leur installation dans le temple de Salomon que les membres de l’ordre prennent alors le nom de «Chevaliers du Temple», ou «Templiers».

    Il fallait donc tout d’abord appliquer sur la séquence «TEMPLIERS» la série de chiffres de l’énigme pour obtenir : «ESTIER».
    «La fin de ce qui servit» faisait ensuite référence à la fin de la séquence «SALOMON» (cf M2), en l’occurrence «MON».
    Ceci donne ainsi MONESTIER, et parmi les communes françaises se nommant Monestier (en Allier, Dordogne et Ardèche), il fallait garder celle située en Allier dont l’église se nomme Saint-Pourçain.

    SOLUTION M3 : MONESTIER (Allier)

    ENIGME M4

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T2, p19 : "J’ai tout d’abord procédé par élimination dans ma liste de communes."
  • T3, p53 : "Il s’agit de rencontrer le bon mot."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    Il fallait ici commencer par rechercher les communes contenant le mot ABBAYE et se trouvant dans un département maritime. Ceci permettait d’obtenir une première liste :

    Château-l'Abbaye (Nord)
    Forest-l'Abbaye (Somme)
    Noron-l'Abbaye (Calvados)
    Ouville-l'Abbaye (Seine-Maritime)
    Sorde-l'Abbaye (Landes)
    Saint-Victor-l'Abbaye (Seine-Maritime)
    Thieulloy-l'Abbaye (Somme)

    Puis il fallait rechercher dans un rayon de 10 kilomètres pour chacune de ces communes une commune dont le nom comporte le nom d’un instrument de musique, et enfin dont l’église se nomme Saint-Pierre.

    Une telle recherche aboutit à garder ORTHEVIELLE dans les Landes (vielle pour l’instrument de musique), commune située en effet à moins de 10 kilomètres de Sorde-l'Abbaye.


    SOLUTION M4 : ORTHEVIELLE (Landes)

    ENIGME M5

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T2, p19 : "Après avoir compris le mécanisme donné par une série, je suis revenu sur l’autre."
  • T3, p55 : "Pour bien compter, les deux croix sont ici à inclure."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    Il fallait procéder en plusieurs temps pour résoudre cette énigme.

    1. C’est en 1128, à Troyes, qu’un concile présidé par le légat du pape Honorius II aboutit à la rédaction d’une première règle propre à l’ordre des Templiers, comportant 72 articles. « Lieu, nombre, année et pape » de l’énigme devait alors faire retenir :
    TROYES
    SOIXANTE-DOUZE
    MILLE CENT VINGT HUIT
    HONORIUS II
    Les lettres indiquées par la séquence 4 – 9 – 13 – 8 de l’énigme donnaient grâce à cette liste la séquence
    Y D G S, le premier nombre étant appliqué au lieu, le deuxième au nombre, le troisième à l’année et le quatrième au pape.

    2. En appliquant ensuite la deuxième série de chiffres
    21 – 30 – 3 – 25 – 3 – 54 au paragraphe qui le précède immédiatement (« d’abord sans croix »), on isole les lettres suivantes :
    Un Des évêques en cet endRoit RasseMblés en vint.
    Le reconnaître Contribuera à faire parler
    les lettres de même.
    soit : R M D R D C.

    3. Il fallait ensuite considérer le seul paragraphe contenant des croix, c'est-à-dire le titre de l'énigme, pour appliquer cette même série en comptant les croix lors de l’extraction des lettres :
    +
    CE n’est point par trop oU peu De chaNce que se fera la différence
    +
    Ceci permet d’obtenir UNEDE+, soit UNE DE PLUS.
    R M D R D C (de l'étape 2) devenait ainsi S N E S E D en décalant chaque lettre d’une position en plus, permettant de trouver D E S E N S en changeant le sens de lecture. Et un des évêques participant à ce concile fut bien l’archevêque de Sens.

    Ainsi, c’est le même raisonnement qu’il fallait suivre pour la séquence Y D G S trouvée lors de l'étape 1 (« faire parler les lettres de même ») : Y D G S -> Z E H T (une de plus) -> T H E Z (en changeant de sens)

    4. La fin de l’énigme indique qu’il s’agit là d’un début, permettant d’isoler les communes suivantes dont le nom commence par THEZ :

    Théza (Pyrénées-Orientales)
    Thézac (Lot-et-Garonne)
    Thézac (Charente-Maritime)
    Thézan-des-Corbières (Aude)
    Thézan-lès-Béziers (Hérault)
    Thèze (Alpes-de-Haute-Provence)
    Thèze (Pyrénées-Atlantiques)
    Thézey-Saint-Martin (Meurthe-et-Moselle)
    Théziers (Gard)
    Thézillieu (Ain)
    Thézy-Glimont (Somme)

    C’est enfin l’indication « permet d’y voir de près », à comprendre comme « permet de voir "de près" dans cette commune », qui donnait Thézan-lès-Béziers, la définition de «lès» étant «près de».

    SOLUTION M5 : THEZAN-LES-BEZIERS (Hérault)

    ENIGME M6

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T2, p19 : "Après avoir compris ce qu’il fallait faire des lettres ordonnées, j’ai dû utiliser une carte."
  • T3, p55 : "Deux lettres au lieu d’une."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    C’est le pape Eugène III qui octroya aux Chevaliers la croix vermeille, portée sur le cœur ou sur l’épaule et cousue sur leur manteau blanc. C’est le nom d’Eugène III, Paganelli di Montemagno, qui va aider à résoudre cette énigme.

    « Par son nom presque découvert » fait référence aux lettres de l’énigme décalées par rapport aux autres :
    G E I N D L P N A O I T A M M E L
    Si l’on ôte ces lettres du nom d’Eugène III, il reste la série GNAO, soit AGNO une fois ordonnée alphabétiquement.

    « Relire doublement » faisait ensuite référence à l’énigme M1 où il fallut retenir la première lettre de chaque ligne pour trouver la solution. En gardant cette fois les 2 premiers caractères de chaque phrase de l’énigme, on obtient IN SE ET RE LI NS, soit INSEE TRELINS. Le code INSEE de Trélins (commune de Loire) est : 42313. En appliquant chacun de ces chiffres à la suite AGNO, on obtient OGNAN.

    Les communes françaises contenant OGNAN sont :
    Bocognano (Corse-du-Sud)
    Codognan (Gard)
    Léognan (Gironde)
    Pralognan-la-Vanoise (Savoie)

    Et si l’on considère le chemin parcouru depuis M1, la seule de ces communes qui permet de vérifier le premier croisement de chemins est Léognan.


    SOLUTION M6 : LEOGNAN (Gironde)

    ENIGME M7

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T2, p19 : "Ce n’est pas cette série qui m’a aidé à savoir d’où partir."
  • T3, p55 : "Le résultat de la bonne série doit précéder ce qui fut trouvé d’abord sans croix."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    En 1144, la reprise de la ville d’Edesse amena l’organisation de la deuxième croisade, prêchée en 1147 par Saint-Bernard. Louis VII et son épouse Aliénor d’Aquitaine décident de prendre eux-mêmes la croix.

    Dans ce contexte, le roi, l’année et l’épouse devaient faire retenir :
    LOUIS SEPT
    1147 (en chiffres)
    ALIENOR D’AQUITAINE

    La suite de nombres dans l’énigme donnaient ainsi respectivement :
    9 : la lettre T
    2 : le chiffre 1
    7 – 4 – 13 – 6 : R E T O
    soit : T 1 R E T O

    Il fallait ensuite appliquer à la suite AGCSTNCEHO la série figurant dans l’énigme M3 (7 – 9 – 1 – 6 – 2 – 8) pour obtenir : CHANGE.
    « La signification d’un autre » concernait « DE SENS » trouvé en M5, afin d’obtenir CHANGE DE SENS, à appliquer à la séquence T 1 R E T O, donnant OTER 1 T.

    Cette indication était enfin à appliquer à MATTHIEU, afin d’obtenir MATHIEU (commune du Calvados) et de gagner immédiatement au sud la commune d’Epron, où se trouve effectivement l’église Saint-Ursin.



    SOLUTION M7 : EPRON (Calvados)

    ENIGME M8

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T2, p19 : "Je ne me suis pas laissé abuser par le titre."
  • T3, p55 : "Le bon nom donne l’indication à appliquer à la toute première consigne."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    Une troisième croisade («la suivante») fut organisée en 1190 alors que Robert de Sablé était Maître de l’ordre du Temple. Elle réunissait notamment Philippe-Auguste et Richard Cœur-de-Lion («l’animal qu’on y vit»).

    «La proche famille» devait orienter la réflexion vers le frère de Richard Cœur-de-Lion, Jean sans Terre.

    «Pour ce qui est demandé» faisait allusion à la mission évoqué dans le titre de l’énigme : «Dire, tracer». Si l’on ôte de ces mots les lettres formant TERRE («sans Terre»), on obtient DIACR. Il fallait alors chercher une commune au nom composé, dont la première partie est donnée par l’anagramme de DIACR. Ceci permettait de trouver IDRAC-RESPAILLES, commune du Gers.

    SOLUTION M8 : IDRAC-RESPAILLES (Gers)

    ENIGME M9

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T2, p19 : "Une série m’a aidé à trouver la consigne."
  • T3, p57 : "Ce qu’il faut appliquer a servi précédemment."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    « L’usage veut sa contribution, de nouveau » faisait allusion à la séquence vue en M5 : 4 – 9 – 13 – 8. Si l’on considère cette séquence pour chacune des phrases de l’énigme M9, on obtient :
    NELE
    TERU
    NTRE
    TTRE
    AJOU
    AUCE

    L’instruction reconstruite à partir de ces séquences est alors :

    AJOU.TERU.NELE.TTRE.AUCE.NTRE = AJOUTER UNE LETTRE AU CENTRE

    Et si l’on traduit « sans avoir rien mangé ni bu depuis le réveil » par « à jeun », il suffit d’ajouter à JEUN une lettre au centre pour identifier la commune de Jegun dans le Gers, où se trouve la collégiale Sainte-Candide.

    SOLUTION M9 : JEGUN (Gers)

    ENIGME M10

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T2, p19 : "Après avoir complété le bon mot, il ne me restait qu’à chercher la bonne commune."
  • T3, p57 : "Une lettre au lieu de deux."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    «Trouver en relisant» faisait une nouvelle fois référence à l’extraction de la première lettre de chacune des phrases de l’énigme, permettant d’obtenir : APRESTO, à comprendre comme «APRES T, O».

    Ainsi ce qu’il faut prendre pour « lecture » est LECTOURE, commune du Gers (même département que celui de la ville où a été trouvé ce manuscrit : Jegun, cf énigme M9), en ajoutant un O après le T.

    La dernière phrase de l’énigme indiquait pour sa part qu’il fallait :
    - utiliser l’ensemble des lettres situées en fin de phrase «le roi grandi qui en fut la clef»
    - lui ôter les lettres du mot DIFFICULTE («sans difficulté»)
    - obtenir ainsi la séquence LROGRANQIENULAE, anagramme de LARROQUE-ENGALIN, commune située en effet à moins de 10 km de Lectoure.


    SOLUTION M10 : LARROQUE-ENGALIN (Gers)

    ENIGME M11

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T2, p19 : "Du bon départ, le chemin saute aux yeux."
  • T3, p57 : "Il ne manque que N et D."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    Les trois cardinaux nommés par le pape Clément V pour prononcer la condamnation de Jacques de Molay (dernier maître de l’ordre), Hugues de Pairaud (visiteur de France), Geoffroy de Charnay et Geoffroy de Gonneville (précepteurs de Normandie et du Poitou) furent Nicolas de Fréauville, Arnaud d’Auch et Arnaud Novelli.

    C’est Arnaud d’Auch qui donne le lieu de départ du chemin qu’il fallait considérer dans cette énigme, dans la mesure où il est possible de suivre les routes suivantes à partir de la ville d’Auch : N21, N124, D20, D3 et D180, reprenant ainsi les valeurs figurant dans le titre de l’énigme.

    Suivre ce chemin permet d’arriver à Tasque, où se trouve l’abbatiale Saint-Pierre.


    SOLUTION M11 : TASQUE (Gers)

    ENIGME M12

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T2, p19 : "En les regroupant comme indiqué, ils m’ont donné une nouvelle série qui m’a servi plusieurs fois. Et c’est en comprenant comment « voir grand » que j’obtiendrai sans doute les deux autres communes."
  • T3, p57 : "Entre commune et région."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.

    Visuel du tome I

    La commune de Mésanger, citée dans l’énigme, est donc la première étape à considérer dans le tome II. Mais l’énigme devait auparavant permettre d’identifier 4 autres communes.

    Tout d’abord, la suite de nombres de cette énigme était à appliquer au paragraphe la précédant immédiatement. Ceci permettait d’obtenir :
    P – R – E – M – I – E – R – Q – U – A – T – R
    I – E – M – E – P – R – E – M – I – E – R + P
    R – E – M – I – E – R – P – R – E – M – I – E
    R + Q – U – A – T – R – I – E – M – E – T – R
    O – I – S – I – E – M – E – P – R – E – M
    I – E – R + P – R – E – M – I – E – R + Q – U
    A – T – R – I – E – M – E

    qu’il fallait lire :

    PREMIER
    QUATRIEME
    PREMIER + PREMIER
    PREMIER + QUATRIEME
    TROISIEME
    PREMIER + PREMIER + QUATRIEME

    Le découpage en quart faisait référence au visuel, qui, si on le découpe en 4 parties de gauche à droite, permet d’isoler 2 personnages dans le premier quart, 2 personnages dans le deuxième, un personnage dans le troisième, et deux dans le quatrième.



    Le comptage de ces personnages appliqué à la liste «premier…quatrième» donne la nouvelle série :

    2
    2
    2+2
    2+2
    1
    2+2+2

    soit : 2 – 2 – 4 – 4 – 1 – 6

    « Le chemin de nouveau parlera » indique ensuite qu’il faut trouver un chemin permettant de donner certaines indications. Ce chemin est en fait celui suivi par la Licorne jusqu’ici : Epeigné-les-Bois / Libourne / Longraye / Monestier / Orthevielle / Thézan-lès-Béziers / Léognan / Epron / Idrac-Respailles / Jegun / Larroque-Engalin / Tasque.

    Si l’on entend la suite de chiffres trouvée comme des positions de lettres dans ces villes, on peut alors isoler en deux fois les lettres suivantes :

    2 : Epeigné-les-Bois
    2 : Libourne
    4 : Longraye
    4 : Monestier
    1 : Orthevielle
    6 : Thézan-lès-Béziers

    2 : Léognan
    2 : Epron
    4 : Idrac-Respailles
    4 : Jegun
    1 : Larroque-Engalin
    6 : Tasque

    Soit : « pigeon » et « épaule »

    Ainsi :
  • « près de Plessé » devait s’appliquer au premier mot trouvé (pigeon) pour identifier le lieu-dit le Pigeon Blanc, situé à 3 km de Plessé (Loire-Atlantique).

  • « inversion des deux » devait s’appliquer au deuxième mot trouvé, et être compris comme « inversion des 2 », allusion à la séquence de chiffres 2 – 2 – 4 – 4 – 1 – 6 dans laquelle les deux lettres données par les valeurs 2 devaient être inversées. Ceci donne Péaule, commune du Morbihan.

  • Après avoir parlé une fois, l’énigme indique donc que le chemin « de nouveau parlera ».
    En effet, « en voyant grand » devait faire considérer le même chemin mais en considérant cette-fois les départements dans lesquels se situent les villes rencontrées :

    Epeigné-les-Bois : INDRE-ET-LOIRE (37)
    Libourne : GIRONDE (33)
    Longraye : CALVADOS (14)
    Monestier : ALLIER (03)
    Orthevielle : LANDES (40)
    Thézan-lès-Béziers : HERAULT (34)
    Léognan : GIRONDE (33)
    Epron : CALVADOS (14)
    Idrac-Respailles, Jegun, Larroque-Engalin, Tasque : GERS (32)

    Puis il fallait comprendre que « Non pour nous » faisait référence à la devise des Templiers :

    Non nobis, domine, non nobis, sed nomini tuo da gloriam
    (« Non pour nous , Seigneur, non pour nous, mais pour la gloire de ton nom »)

    Et si l’on extrait de cette devise les lettres correspondant aux numéros de départements rencontrés, on obtient :

    37 : G
    33 : U
    14 : E
    03 : N
    40 : R
    34 : O
    33 : U
    14 : E
    32 : T

    soit : GUENROUET, commune de Loire-Atlantique.

    « Et encore par les six premiers, C et A » concernait de nouveau la suite de six chiffres 2 – 2 – 4 – 4 – 1 – 6, appliquée cette fois aux noms des six premiers départements, pour obtenir :

    Epeigné-les-Bois : INDRE-ET-LOIRE
    Libourne : GIRONDE
    Longraye : CALVADOS
    Monestier : ALLIER
    Orthevielle : LANDES
    Thézan-lès-Béziers : HERAULT

    Soit : NIVILL.

    Si l’on ajoute un A et un C à la fin de cette séquence comme suggéré par l’énigme, on obtient finalement NIVILLAC, commune du Morbihan.

    Les quatre lieux à trouver sont donc identifiés : Nivillac, Le Pigeon Blanc, Péaule, et Guenrouet.

    SOLUTION M12 : NIVILLAC – LE PIGEON BLANC – PEAULE – GUENROUET

    ENIGME M13

    Une des indications présentes dans le récit :
  • T3, p59 : "Trois lettres au lieu d’une."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    « Par la relecture, tout alors s’éclaire... la nuance ne vaut ici que par le nombre » faisait référence au tome I et aux énigmes pour lesquelles récupérer les premières lettres de chaque phrase s’avéra utile.
    Pour cette énigme, il fallait donc prendre les 3 premières lettres de chaque phrase, pour obtenir :

    VANHEMESSENFOURNITLABASEPARSONNOM

    Soit : « Van Hemessen fournit la base par son nom », Jan Sanders Van Hemessen ayant été un peintre néerlandais du 16ème siècle.

    Si l’on décale ensuite de 7 lettres la séquence OALG figurant dans l’énigme, on obtient VHSN, ce qui correspond aux positions 1, 4, (8 ou 9) et (3 ou 11) dans le nom VAN HEMESSEN.

    Si l’on applique ainsi la série 1 – 4 – 8 – 3 au nom de commune où le 13ème manuscrit a été trouvé, c’est-à-dire MESANGER, on trouve MARS (les combinaisons avec 9 et 11 à la place de 8 et 3 étant impossibles dans la mesure où MESANGER ne contient que 8 lettres).

    Et en faisant précéder MARS par l’adjectif « petit » (« à condition de voir petit »), on obtient PETIT-MARS, commune de Loire-Atlantique.

    SOLUTION M13 : PETIT-MARS (Loire-Atlantique)

    ENIGME M14

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T3, p53 : "Il ne faudra pas oublier l’église." (M1)
  • T3, p59 : "Il est temps de se souvenir, puis de savoir viser entre les deux."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    « La première église » évoquée dans l’énigme est la première de l’histoire (Saint-Aignan, voir M1), où l’aventure a démarré. Ainsi, les deux communes à considérer dans cette énigme étaient Saint-Aignan-de-Cramesnil (Calvados) et le Châtellier (Orne), puisqu’une droite passant par ces deux communes permet de croiser la Selle-la-Forge (Orne).


    Or une selle de cheval est composée de plusieurs parties, dont le petit-quartier et le faux-quartier, éléments évoqués dans l’énigme.

    En ôtant « la Selle » du nom de la commune identifiée pour ne garder que « le reste » comme suggéré par l’énigme, c'est « la Forge » qu'il fallait alors considérer.
    Ceci guidait vers Vélazquez (« l’art guide de nouveau », allusion au fait qu’il fallait comme en M13 chercher dans le domaine de la peinture), qui a peint le tableau « La Forge de Vulcain », Héphaïstos étant le Vulcain des Romains.

    Ainsi si l’on applique la série figurant en fin d’énigme à ce titre, on obtient : VIEILLEVIGNE.
    Le 31 final indiquait pour terminer qu’il fallait considérer la commune de Vieillevigne, située en Haute-Garonne (département 31).

    « L’art guide de nouveau, ainsi que pour la suite » indique pour sa part que la recherche dans le domaine de la peinture est valable pour toutes les énigmes suivantes de ce tome.

    SOLUTION M14 : VIEILLEVIGNE (Haute-Garonne)

    ENIGME M15

    Une des indications présentes dans le récit :
  • T3, p59 : "La première suite est autre."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    Comme indiqué dans l’énigme, et malgré la tentation de chercher sur une carte (« c’est tout de même l’ouest qu’ils gagnèrent »), il ne fallait pas ici faire appel à la géométrie pour trouver la solution de cette énigme (« à bon géomètre ne saurait toutefois se substituer ici celui qui est en quête de la Licorne »).

    En effet, la bonne suite qu’il fallait considérer en premier était celle de l’énigme M7, c’est-à-dire
    9 – 2 – 7 – 4 – 13 – 6, car en l’appliquant sur les 3 phrases du premier paragraphe, on obtient :

    L A T O U R
    D I S E U S
    E B O N N E

    soit : LA TOUR DISEUSE BONNE

    Le « peu qui en découle » devait ainsi faire trouver un tableau de Georges de la Tour comportant les mots Diseuse et Bonne, à savoir « La Diseuse de bonne aventure ».

    Si l’on applique ensuite la suite proposée par l’énigme, 21 – 6 – 15 – 7, sur ce nom de tableau, on obtient :
    T E N U.

    Et finalement, « même avec le peu qui en découle » devait de nouveau être utilisé et être compris comme « même avec tenu », afin de mettre sur la piste d’une commune dont le nom contient à la fois «même» et «tenu», c’est-à-dire Saint-Même-le-Tenu (Loire-Atlantique).

    SOLUTION M15 : SAINT-MEME-LE-TENU (Loire-Atlantique)

    ENIGME M16

    Une des indications présentes dans le récit :
  • T3, p59 : "Après en avoir ôté plusieurs, la quatrième se trouve par le commencement."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    Il fallait tout d’abord considérer les 3 codes postaux de l’énigme et retenir les villes suivantes :

    35760 : Saint-Grégoire
    30960 : Les Mages
    38200 : Jardin

    Ceci permettait en effet de mettre sur la piste de Petrus Paulus Rubens, qui a peint au 17ème siècle les œuvres suivantes :
    Saint Grégoire pape
    L’Adoration des Mages
    Le Jardin d’Amour

    On pouvait alors retirer de la liste proposée dans l’énigme les communes suivantes, contenant toutes les lettres
    R U B E N S (« il faut le voir pour oublier ») :

    Ambérieux-en-Dombes
    Jaligny-sur-Besbre
    Saint-Auban-sur-l’Ouvèze
    Sault-Brénaz

    Les villes restantes sont ainsi Grand-Champ, Guémené-sur-Scorff, Tillières-sur-Avre, liste à laquelle il fallait ajouter la commune de Malicorne-sur-Sarthe (« celle qui manque »), grâce à l’indication donnée dans le titre de l’énigme (« sur cette rivière, la Licorne fut mienne »).

    Ainsi si l’on cherche sur une carte au 1/1000000 le croisement des droites [Guémené-sur-Scorff – Malicorne-sur-Sarthe] et [Tillières-sur-Avre – Grand-Champ], on trouve en vérifiant sur une carte au 1/200000 la commune de Maxent (Ille-et-Vilaine).


    SOLUTION M16 : MAXENT (Ille-et-Vilaine)

    ENIGME M17

    Une des indications présentes dans le récit :
  • T3, p61 : "Une lettre, ailleurs."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    C’est la dernière phrase ("ce manuscrit contenant également à la fin...") qui donnait ici la méthode à suivre pour obtenir la solution. Il fallait en effet isoler la dernière lettre de chacune des phrases de l’énigme, pour obtenir :
    G U E R S A C.

    Dans la mesure où il n’existe qu’une commune en France contenant GUERSAC, il fallait garder Saint-Malo-de-Guersac, située en Loire-Atlantique.

    SOLUTION M17 : SAINT-MALO-DE-GUERSAC (Loire-Atlantique)

    ENIGME M18

    Une des indications présentes dans le récit :
  • T3, p61 : "Plusieurs débuts et plusieurs fins."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    Si sur une carte au 1/200000 on trace une droite partant de Gaudonville (Gers) et passant par Laplume (Lot-et-Garonne, la plume étant ce qu’il fallait déduire de l’indication « ce qui permit d’écrire »), la première commune rencontrée est Montagnac-sur-Auvignon (Lot-et-Garonne).


    Si l’on isole ensuite la première et la dernière lettre de chaque phrase composant l’énigme (« ne conserver ni début ni fin »), on obtient la série : SU UN TN MO NN.

    Si l’on ôte finalement cette série du nom de la commune trouvée plus haut, on obtient la nouvelle série AGACRAVIGO, anagramme de CARAVAGGIO.

    Le vrai nom du Caravaggio étant Michelangelo Merisi, la série de l’énigme appliquée à son prénom donne ainsi ACIGNE, commune d’Ille-et-Vilaine.

    SOLUTION M18 : ACIGNE (Ille-et-Vilaine)

    ENIGME M19

    Une des indications présentes dans le récit :
  • T3, p61 : "Antoine ?"


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    Celui qu’il fallait ici reconnaître était l’un des trois frères Le Nain (« frères pourtant si grands », Antoine, Louis et Mathieu), qui a en effet peint « la Nativité de la Vierge ». En revanche, les historiens d’art ne sont pas parvenus à répartir incontestablement entre chacun d’entre eux la soixantaine de tableaux qui leur sont attribués (« on ne sut pourtant jamais lequel il fut »).

    Ainsi, si l’on noircit toutes les cases de la grille de l’énigme contenant une des lettres formant le nom L E N A I N, on obtient FEGREAC, commune de Loire-Atlantique.


    La précision finale « il faudra s’en souvenir » indiquait pour sa part que la grille dispose d’une autre indication qui sera trouvée plus tard, en l’occurrence en M23.

    SOLUTION M19 : FEGREAC (Loire-Atlantique)

    ENIGME M20

    Une des indications présentes dans le récit :
  • T3, p61 : "Se souvenir encore, mais d’autre chose."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    L’énigme fait bien sûr allusion à l’artiste qui a peint «l’Enterrement du comte d’Orgaz», El Greco. Il fallait donc ici chercher une des réponses d’énigmes précédentes contenant les lettres E L G R E C O (« là où l’artiste apparut »), en l’occurrence « Saint-Malo-de-Guersac ».

    Et si l’on applique à ce nom la suite de nombres proposée par l’énigme, on obtient NOTRE DAME DES LANDES.

    SOLUTION M20 : NOTRE-DAME-DES-LANDES (Loire-Atlantique)

    ENIGME M21

    Une des indications présentes dans le récit :
  • T3, p63 : "Joints à leur patronyme, deux sont identiques et savoir les reconnaître est presque suffisant."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.

    Visuel du tome 2

    Il fallait tout d’abord ici trouver trois peintres à partir du premier paragraphe de l’énigme.

    Le premier était Hans Leu (« LE » + « U », la 21ème lettre de l’alphabet), le second le Dominiquin qui a peint le tableau « la Chasse de Diane », Diane correspondant à l’Artémis grecque, et le troisième Hans Holbein le Jeune, qui a peint le tableau « Les Ambassadeurs » représentant Georges de Selve et Jean de Dinteville. Or Dinteville est également une commune de Haute-Marne, située entre Belan-sur-Ource et Bettaincourt-sur-Rognon.


    La bonne partie à trouver était chacun des prénoms de ces artistes, Hans, Domenico et Hans, à mettre en rapport avec l’inscription figurant sur la droite de la tombe du visuel :
    HANS <=> ROIS
    DOMENICO <=> JELAITUE
    HANS <=> ROIS

    Ceci donnait ainsi le codage suivant :
    R <=> H
    O <=> A
    I <=> N
    S <=> S
    J <=> D
    E <=> O
    L <=> M
    A <=> E
    T <=> I
    U <=> C

    En appliquant ceci aux inscriptions de la partie gauche de la tombe, et en laissant telles quelles les lettres ne figurant pas dans ce codage, on obtenait alors :

    OJT/SSA <=> ADI/SSE
    P/TSVO/OJAS <=> P/ISVA/ADES
    A/AIFTIPEI/URO/AO/ <=> E/ENFINPON/CHA/EA/

    Les notes de Gui (« faire appel à Gui », « par trois de ses notes, il permet d’y voir presque clair ») faisaient ensuite allusion à Gui d’Arezzo qui choisit au 11ème siècle le nom des notes de musiques. Et en effet, avec les lettres composant UT utilisées trois fois chacune, il est possible de compléter le décodage précédent de la façon suivante :

    A DIUSSE
    PUIS VA/ADES
    ET ENFIN PONTCHATEAU

    La « dix-huitième » lettre, R, permet finalement de compléter la deuxième ligne et d'obtenir VARADES.

    SOLUTION M21 : DIUSSE (Pyrénées-Atlantiques), VARADES (Loire-Atlantique) et PONTCHATEAU (Loire-Atlantique)

    ENIGME M22

    Une des indications présentes dans le récit :
  • T3, p63 : "Onze jusqu’ici."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    Il fallait ici considérer dans l’ordre les nationalités des peintres rencontrés dans ce tome, à savoir :

    Van Hemessen : NEERLANDAIS
    Vélazquez : ESPAGNOL
    Georges de la Tour : FRANÇAIS
    Rubens : BELGE (flamand)
    Ribera : ESPAGNOL
    Il Caravaggio : ITALIEN
    Le Nain : FRANCAIS
    El Greco : ESPAGNOL
    Hans Leu : SUISSE
    Le Dominiquin : ITALIEN
    Hans Holbein le Jeune : ALLEMAND
    Jean Cousin (voir M23) : FRANÇAIS
    Nicolas Poussin (voir M24) : FRANCAIS

    Ainsi, chaque nombre de la série appliquée respectivement à chacune de ces nationalités donne :
    D E S B O I S G I L D A S

    Il fallait donc reconnaître la commune de Saint-Gildas-des-Bois (« avant qu’un saint y mette de l’ordre »), commune de Loire-Atlantique.

    SOLUTION M22 : SAINT-GILDAS-DES-BOIS (Loire-Atlantique)

    ENIGME M23

    Une des indications présentes dans le récit :
  • T3, p63 : "Il suffit là aussi de le repérer."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    Celle qui ne laissa que l’espérance était ici Pandore qui, dans la mythologie grecque, ouvrit le vase où Zeus avait enfermé les misères humaines. Et dans la boîte de Pandore, seule resta l’Espérance.

    Il fallait ensuite transformer l’expression « Eve, prime, Pandore » en « Eva, prima, Pandora » en changeant la dernière lettre comme suggéré par l’énigme. Or le tableau « Eva Prima Pandora » est une œuvre du peintre français Jean Cousin le Père (un cousin étant en effet le «descendant» d'un oncle ou d'une tante).

    La précision « en procédant de même », devait alors inciter à utiliser de nouveau la grille vue en M19 (« il faudra s’en souvenir »), pour cette-fois cocher les cases contenant les lettres C O U S I N.
    Ceci permettait d’obtenir CROSSAC, commune de Loire-Atlantique.



    SOLUTION M23 : CROSSAC (Loire-Atlantique)

  • ENIGME M24

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T2, p63 : "En prenant presque toujours le premier choix parmi les possibilités, ne donnant donc qu’une lettre chacune, j’ai enfin pu deviner les quatorze qu’il fallait garder au final !"
  • T3, p63 : "Une lettre par commune."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    « Cette autre légende » faisait allusion au tableau « Les Bergers d’Arcadie » de Nicolas Poussin (inspirant la visuel de ce tome), objet de nombreuses recherches liées au prétendu trésor de Rennes-le-Château.

    L’inscription « qui ne se vit pas » était ainsi « Et in Arcadia ego », absente du visuel car remplacée par le codage résolu en M21. Il fallait donc repérer dans les noms de ville formant le parcours suivi lors de ce tome les lettres de l’inscription « Et in Arcadia ego » :

                    MESANGER (E:2,7)
                   PETIT-MARS (T:3,5)

                    VIEILLEVIGNE (I: 2,4,9)
     SAINT-MEME-LE-TENU (N:4,14)

                    MAXENT (A:2)
    SAINT-MALO-DE-GUERSAC (R:15)

                    ACIGNE (C:2)
                FEGREAC (A:6)

          NOTRE-DAME-DES-LANDES (D:6,10,16)
                    DIUSSE (I:2)

                    VARADES (A:2,4)
             PONTCHATEAU : (E:9)

               SAINT-GILDAS-DES-BOIS (G:6)
                   CROSSAC (0:3)

    « Par deux » en fin d’énigme signifiait ensuite qu’il fallait traiter chacune des valeurs trouvées par deux en prenant les deux lettres correspondantes sur chacune des 7 phrases de l’énigme :

    1ère phrase : (R ou P) + (I ou E)
    2ème phrase : (E ou T ou L) + (T ou U)
    3ème phrase : X + S
    4ème phrase : I + C
    5ème phrase : (R ou A ou E) + U
    6ème phrase : (D ou I) + A
    7ème phrase : I + S

    L’indication donnée par Clovis Clerval concernant le fait de considérer presque toujours le premier choix permettait enfin d'obtenir : RIEUXSICAUDAIS, Rieux et la Sicaudais étant ainsi les deux lieux qui restaient à trouver.

    SOLUTION M24 : RIEUX (Loire-Atlantique), LA SICAUDAIS (Loire-Atlantique)

    ENIGME M25

    Une des indications présentes dans le récit :
  • T3, p38 : "Celui que je viens de trouver a traversé l’océan !"


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    « Dans un certain sens et par deux » devait ici inciter à garder les lettres dont les positions étaient indiquées en fin d’énigme, appliquées par deux et en partant de la fin de chaque phrase.

    On obtenait alors : OEXMELIN AIDERA EN 27, 27 étant obtenu en considérant les nombres finaux comme partie intégrante de la dernière phrase (4 pointe alors sur « 2 », et 7 pointe de la même façon sur « 7 »).

    Alexandre-Olivier Oexmelin , chirurgien, fut un des premiers à détailler la vie des flibustiers au 17ème siècle. C’est donc ce personnage qui va intervenir dans plusieurs énigmes de ce tome, à commencer par l’énigme M27 donc.

    SOLUTION M25 : OEXMELIN

    ENIGME M26

    Une des indications présentes dans le récit :
  • T3, p39 : "J’isole ainsi une seule commune !"


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    C’est ici que les quatre lieux trouvées en M12 ainsi que les deux villes trouvées en M24 doivent être utilisées, Oexmelin n’intervenant pas ici (comme indiqué en fin d’énigme). En effet, chacun des lieux à utiliser pour tracer les traits évoqués dans l’énigme était donné grâce aux deux premières lettres de chaque prénom («débuter ainsi») :
    Pierre : Pigeon Blanc ("sans article")
    Nicolas : Nivillac

    Gui : Guenrouet
    lagie : aule

    Richard : Rieux
    Simon : Sicaudais ("sans article")

    La fin de l’énigme devait ensuite orienter vers deux communes trouvées également précédemment et ayant déjà servi, en l’occurrence :
    licité : gréac
    Sabine : Saint-Malo-de-Guersac, puisque Saint-Malo est fêté le même jour que Saint-Albert et Saint-Arthur (le 15 novembre).

    Tracer alors ces traits sur une carte au 1/200000 permet d’isoler la commune de Sévérac, en Loire-Atlantique.


    SOLUTION M26 : SEVERAC (Loire-Atlantique)

    ENIGME M27

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T3, p40 : "Il n’a servi qu’à être repéré pour mieux trouver le reste."
  • T3, p40 : "J’ai donc identifié une nouvelle commune."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    Il fallait ici isoler les lettres centrales de chaque phrase de l’énigme (« au centre ») tout en repérant une séquence de lettres en rapport avec Oexmelin, comme vu en M25. Les 4 lettres centrales de chaque phrase sont :
    AL LE
    EX GL
    AN IS
    DR ET
    EO EG
    LI UI
    VI DE
    ER RA

    Les deux premières lettres de chaque série donnent ainsi ALEXANDRE OLIVIER, prénom de Oexmelin (Alexandre-Olivier), alors que les deux autres forment l’indication LEGLISETEGUIDERA, soit : L’EGLISE TE GUIDERA.

    Ceci venant compléter la réponse de l’énigme précédente, comme suggéré par la fin de l’énigme, il fallait alors retenir la commune de Sévérac-l’Eglise, située en Aveyron.

    SOLUTION M27 : SEVERAC-L’EGLISE (Aveyron)

    ENIGME M28

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T3, p41 : "La solution est donc ce qui n’est pas apparu."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.

    Visuel du tome 3

    Les batailles évoquées dans le titre de l’énigme faisaient allusion aux combats provoqués par la flibuste dans les Antilles au 17ème siècle, auxquels se joignirent de nombreux pirates venant notamment d’Angleterre, de France, d’Espagne et de Hollande.

    « Le début de ce qui servit » faisait allusion à la série de nombres de l’énigme M25. Si l’on applique en effet le début de cette série à chacun des trois paragraphes centraux de l’énigme, on obtient :

    « FRANÇAIS » (avec 4 – 10 – 1 – 24 – 21 – 28 – 9 – 32 sur le 1er paragraphe)

    « ESPAGNOLS » (avec 4 – 10 – 1 – 24 – 21 – 28 – 9 – 32 – 22 sur le 2ème paragraphe)

    « HOLLANDAIS » (avec 4 – 10 – 1 – 24 – 21 – 28 – 9 – 32 – 22 – 6 sur le 3ème paragraphe).

    S’il ne faut pas conserver ce que l’on vient de trouver, et si l’on s’en tient au titre de l’énigme, il reste « Anglais », solution de cette énigme et orientant également grâce à la carte d’Haïti fournie en visuel vers la ville haïtienne «LES ANGLAIS» qui servira en M32.

    SOLUTION M28 : ANGLAIS

    ENIGME M29

    Une des indications présentes dans le récit :
  • T3, p42 : "Je considère que la distance est de 33 km"


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    Au nord de Saint-Domingue, l’île de la Tortue fut la plaque tournante de la piraterie antillaise au milieu du 17ème siècle. Mais l’allusion à cette île n’intervenait pas dans la résolution de cette énigme.

    « Un des choix » faisait allusion à la fin du 2ème paragraphe de l’énigme, « remis aux pirates ou largué ferme ». Il fallait en effet considérer l’expression « largué ferme » pour y trouver l’anagramme de « Le Marguefré », lieu-dit proche de Banassac et situé à 33 km de Sévérac-l’Eglise (« près d’un autre »).



    SOLUTION M29 : LE MARGUEFRE (Lozère)

    ENIGME M30

    Une des indications présentes dans le récit :
  • T3, p43 : "La solution se trouve donc au-delà de l’étape vue."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    Vers 1664 les boucaniers et les flibustiers acceptèrent l’autorité du roi de France, qui contrôla ainsi la Tortue et l’ouest de Saint-Domingue. Même si la flibuste se poursuivra alors pendant quelques décennies, son envergure n’aura plus jamais l’importance qu’elle eut au milieu du 17ème siècle.

    Il fallait ici considérer le visuel de ce tome, à savoir la carte de Haïti. En effet, « Thomas avec la somme » faisait allusion à Thomas d’Aquin, qui écrivit la « Somme Théologique » au 13ème siècle. Et il existe au sud de l’île de Haïti une ville nommée Aquin, point de départ d’une droite à tracer sur cette carte («en partant de ce qu’il indique»). Il fallait ensuite utiliser la distance entre Sévérac-l’Eglise et le Marguefré (« la dernière distance mesurable »), soit 33 km. Et si l’on ôte la séquence de lettres "TRENTE TROIS KM" du titre de l’énigme, on obtient la série : OTUETORASSEPARLMEIN

    Par ailleurs, « la fin » à ôter était la dernière ligne de l'énigme (« sera l’étape », isolée des autres), car si l’on ôte la séquence « SERA L’ETAPE » de la série précédente il ne reste plus que les lettres OTUOSRMIN, anagramme de MONTROUIS (commune d’Haïti). Et si l’on trace donc une droite partant d’Aquin et passant par Montrouis, on aboutit sur la ville de Saint-Raphaël, solution de cette énigme.



    SOLUTION M30 : SAINT-RAPHAEL (en Haïti)

    ENIGME M31

    Une des indications présentes dans le récit :
  • T3, p44 : "Sa nationalité m’a permis de savoir quel nom considérer."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    Ne pas chercher ailleurs incitait à conserver la dernière expédition évoquée en M30, à savoir celle de Cartagena. Oexmelin étant français, il fallait alors considérer le nom français de Cartagena, CARTHAGENE, pour lui appliquer la série figurant en fin d’énigme.

    On obtient ainsi : HNCHE, orientant vers la ville de HINCHE située près de Saint-Raphaël (« obtenir beaucoup du point suivant » puisqu’il manquait encore une lettre pour l’identifier complètement).

    SOLUTION M31 : HINCHE (en Haïti)

    ENIGME M32

    Quelques indications présentes dans le récit :
  • T3, p45 : "Sans victime, mais appliqué aux communes, cela m’a inspiré."
  • T3, p45 : "Il m’a fallu mettre à l’échelle."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    « Il est temps de s’en inspirer » devait orienter vers l'action « entasser les unes sur les autres », appliquée aux 5 localités trouvées précédemment : Sévérac-l’Eglise, les Anglais, le Marguefré, Saint-Raphaël et Hinche.

    Il fallait ainsi utiliser la carte du visuel et une carte au 1/200000 pour superposer à l’échelle les quatre premières localités par deux, Hinche donnant le lieu permettant de poursuivre l’aventure, en l’occurrence le lieu-dit les Monziols en Aveyron.


    SOLUTION M32 : LES MONZIOLS (Aveyron)

    ENIGME M33

    Une des indications présentes dans le récit :
  • T3, p46 : "Sur le chemin, la pierre en question se trouvait sur ma droite lorsque je la vis pour la première fois."


  • Les énigmes étaient de complexité variable. Via internet, les participants pouvaient poser des questions sur chaque énigme afin d'avancer progressivement dans leur résolution.
    Si l’on trace un trait partant de Sévérac-l’Eglise (solution de M27) et passant par les Monziols (solution de M32), la première localité rencontrée, et dernière de la chasse, est celle de Saint-Chély-du-Tarn.

    C’est le pont de Saint-Chély-du-Tarn qui donnait la réponse à l’indication « un siècle qui débute », car figure gravée sur ce pont l’inscription « 1901 » (à l’autre extrémité du pont figure l’inscription « RF »).


    Une fois ce pont passé, il fallait suivre le chemin sur la droite permettant de surplomber Saint-Chély-du-Tarn («prendre un peu de hauteur»), pour voir plus loin au sol la succession de quatre marches guidant vers une pierre se trouvant à droite du chemin.



    De cette pierre, le pont est toujours visible mais l’inscription « 1901 » comme les deux cascades situées près du pont ne le sont plus.

    C’est donc bien à partir de cette pierre qu’il fallait appliquer la dernière consigne donnée par le codage en fin d’énigme.

    Pour ce codage, il suffisait de remplacer chaque valeur par la lettre lui correspondant (1=A, 2=B, etc) pour obtenir : DIXSIXTRENTE, soit 10 – 6 – 30 à appliquer au dernier paragraphe pour trouver : SUD.





    SOLUTION M33 : La contremarque se trouvait dans les hauteurs de Saint-Chély-du-Tarn. Après quatre marches naturelles, le repère était la pierre située à droite du chemin permettant de surplomber Saint-Chély-du-Tarn. Et au sud de cette pierre se trouvait dans un mur de pierre une cavité abritant la contremarque !